Partage d’espaces de travail et de répétitions

Mis en place chaque année depuis 2009, ce projet permet aux compagnies d’être actrices de leur propre développement en participant à un projet collectif, et aux lieux d’accueil d’assumer leurs coûts de fonctionnement dans le respect de leur projet artistique, sans avoir recours à des locations privées.

Accompagné par RAVi, ce projet existe grâce aux structures adhérentes s’organisant entre elles, afin de faire coïncider les besoins des compagnies en termes d’espaces de travail et de répétitions et les possibilités d’accueil de lieux artistiques franciliens disposant d’espaces vacants.

Les objectifs

Rond bleu Assurer et dynamiser la rencontre entre les besoins des compagnies adhérentes cherchant un espace de travail et les possibilités des lieux disponibles.

Rond bleu Mettre en place une mise à disposition des salles publiques ou indépendantes, lors de leur temps de vacance.

Rond bleu Permettre aux compagnies de profiter d’un temps de travail artistique, de concentration, de recherche et d’expérimentation sans pression institutionnelle, ni obligation d’échéance.

Rond bleu  Permettre aux lieux partenaires de rester ouverts pendant leurs temps de vacance, en mettant à disposition leur outil de travail, sans critère de sélection artistique, en bénéficiant d’une participation à leurs charges fixes.

L’intérêt de ce projet

Face aux difficultés économiques des compagnies artistiques et des lieux parfois contraints financièrement de fermer leurs portes provisoirement, cet projet novateur offre la possibilité de construire ensemble un outil de travail mutualisé.

Initié et conduit par RAViV, ce projet a donc pour objectif de mutualiser les lieux de création pour permettre aux compagnies de profiter de ces plateaux de théâtre vacants dans des conditions optimales.

EN BREF

Sans aucun critère de sélection artistique, chaque compagnie adhérente partage sur plusieurs semaines, avec une ou plusieurs autres structures des créneaux de répétitions, dans un ou plusieurs lieux. Sans obligation de restitution de leur travail, les compagnies bénéficient de conditions privilégiées, qui auraient souvent été inabordables pour elles autrement. Les compagnies sont en permanence confrontées au manque d’espaces pour leur recherche artistique sur le territoire francilien. Cette initiative s’opère en échange d’une participation financière symbolique.